Your dedications
Machaka Babadi Merci pour la musique Mahoraise Samantha S. Aaron Mills - Secret Conspirancy (Lian July Remix) This song is dedicated to my dear dad, I love you! 😘 Jennifer S. Chemical Brothers - Galvanize (Remix) 🙀😜 I love your music! Please play my song for this afternoon

Faits divers

La prison bloquée ce lundi matin par les surveillants

today5 juin 2023 26

Arrière-plan
share close

Le nombre de détenus ne cesse d’augmenter à Majicavo-Koropa (230% d’occupation actuellement), mais pas celui des agents qui les encadrent. Ce lundi 5 juin, ils étaient une trentaine à manifester et à bloquer trois heures durant l’accès à l’établissement.

L’ambiance bon enfant tranche avec ce qu’ils vivent actuellement. Une trentaine de surveillants pénitentiaires, issus de trois syndicats différents (CGT, Force ouvrière et CFDT), ont procédé au blocage du centre pénitentiaire de Majicavo-Koropa, ce lundi matin, dès 6h. En cause, des conditions de travail qui se détériorent avec l’augmentation toujours plus importante du nombre de prisonniers. L’occupation est de 230% actuellement, selon les syndicats. Un ratio qui traduit le choix d’une politique pénale plus sévère, mais qui met à mal le fonctionnement de la seule prison où les murs ne sont pas extensibles. Dans des chambres de 9m2 prévues pour deux, les détenus dorment ainsi à cinq ou six avec des matelas par terre. Les heures de promenade ont été réduites, afin de limiter le nombre de détenus à surveiller. « Je ne suis pas revenu à Mayotte pour risquer ma vie », fulmine un manifestant. Le dialogue se fait de manière plus régulière avec la direction interrégionale des services pénitentiaires Outre-mer*, basée en région parisienne, mais il reste sans effet en ce qui concerne les demandes d’agents supplémentaires. « On n’a aucune réponse », déplore l’un des surveillants grévistes. Avec ses collègues, ils ont fait une chaîne humaine le long du portail d’entrée, qui a été enchaîné. De 6h à 9h45, ils ont résisté aux tentatives des gendarmes de les déloger. Ce n’est qu’après avoir été aspergé de gaz lacrymogène qu’ils ont rendu les armes.

Écrit par: Ana Mayotte

Rate it

0%